News

LA VERITE sur l’OPERATION COMMANDO !!

By
on
30 octobre 2021

Nous avons été sidérés par ce qu’il s’est passé  jeudi 14 octobre 2021, nous n’en sommes pas encore revenus !

Tout était disproportionné /irréel…PREMEDITE !!

La stupeur passée nous avons cherché à comprendre ce qui a poussé le Maire avec l’aide de la DDTM à se comporter de cette façon inqualifiable et indigne pour un élu et des représentants de la loi.

EXPLICATIONS :

Voici pourquoi nous ne sommes pas partis :

Nous avions bien reçu une « mise en demeure de quitter les lieux » au début du mois d’Octobre, mais la soudaineté et les raisons invoquées nous paraissaient étranges et infondées (recours contentieux au Tribunal Administratif en cours, pas d’enquête publique…), et de plus, ne correspondaient absolument pas aux accords passés entre l’AARV, le MAIRE et la DDTM.

Nous rappelons encore une fois :

  • Qu’il n’y a pas de places dans les ports, nous en avons fait la demande à maintes reprises.
  • Que nous avons fait plusieurs demandes d’A.O.T au nom de l’Association ainsi qu’au nom de chaque membre en proposant de payer une taxe au Trésor, (demande à Mr le Préfet avec l’appui de Mr le Maire Christophe Trojani) …

Nous attendons toujours la réponse !

  • Que nous avons déposé un recours contentieux contre « CES » ZMEL (pas d’enquête publique, pas de transparence dans la demande (prix ..) recours au Tribunal Administratif dont le représentant de la DDTM, Mr Eyrard n’a pas encore daigné répondre.

Nous mettons l’accent  sur le fait que si le T.A. nous donne raison pour ce recours, toutes les ZMEL devront être refaites suivant la loi.

  • Que nous sommes dans une zone «ne présentant aucun intérêt de protection écologique… » (Rapport Mottet 2014),
  • Que nos bateaux, constituant depuis 20 ans dans cette zone un usage traditionnel du Domaine Public Maritime et ne posant aucun problème de sécurité en termes de navigation ou de circulation sur le rivage, est indifférent quant à l’impératif d’intérêt public qui s’attache à ce que soient réglementés les mouillages sur les corps morts sur le littoral .
  • Que nous avions passé un accord avec Mr Trojani et les représentants de la DDTM pour que, lorsque les travaux de la  ZMEL allaient être réalisés, nos bateaux quitteraient la zone pour aller dans les ports provisoirement (on devait nous trouver des places) et reviendraient sur bouées la ZMEL finie.

Ces accords avaient été répétés à plusieurs reprises par Mr Trojani

Il est vrai que Mr Trojani pour on ne sait quelle raison a commencé ces derniers mois à changer de version dans ses dires et que notre confiance en lui a baissé, mais nous ne pensions pas une seconde qu’il allait se comporter comme ce jour du 14 Octobre 2021.

C’est vrai aussi qu’il ne venait plus aux réunions relatives aux ZMEL à la Préfecture et ne répondait plus à nos interrogations par mails que nous lui avons envoyés.

On a entendu dire que c’était parce qu’il ne voulait plus de nous sur les ZMEL, ayant promis les places à d’autres (?).

Il est vrai que depuis ces derniers temps il répétait sans cesse que «c’est MOI  et moi seul qui décide pour les places »… En oubliant que notre association est prioritaire pour ces places.

Ceci expliquant peut être cela (?)

Nous lui avons demandé des explications pour ce volte face à plusieurs reprises et en particulier après cette mise en demeure incompréhensible (à lui et à Mr Eyrard)…

La seule réponse a été  le scandale du 14 Octobre où ils ont cassés des bateaux volontairement devant les propriétaires en règles.

La facture commence à être lourde pour les Villefranchois qui subissent les lubies du Maire (ZMEL hors de prix et non sécuritaires, sens giratoire…), on se demande où est passé  le Conseil Municipal pour accepter de telles dérives.

Voilà pourquoi nous ne sommes pas partis de la zone.

Mr  le Maire n’avait pas l’intention de respecter ses promesses, il avait décidé de passer en force.

 Voici pourquoi nous pensons que c’est un coup monté et prémédité.

LES FAITS :

1) Nous avons bien trouvé une mise en demeure sur nos bateaux. MAIS,  nous ne dormons pas sur nos bateaux et aucun mail ni téléphone pour nous le signaler.
Cette mise en demeure est datée du 12 Octobre et ne peut avoir été mise que le  13 Octobre… Nous l’avons donc découverte trop tard, c’est a dire, le 14 Octobre après midi, sur nos bateaux amenés de force. 

Cette mise en demeure dit 2 choses :

  1. Dans son art. 6 : « le propriétaire est mis en demeure de procéder à l’enlèvement de son navire dans un délai de 24h » .
  2. Dans son art. 8 : « la présente décision peut faire l’objet d’un recours administratif gracieux devant l’autorité administrative compétente ou d’un recours contentieux devant le tribunal Administratif… dans un délai de deux mois  » .

Il est clair que les commanditaires de cette illégalité, ne voulaient pas que l’on enlève nous mêmes nos bateaux , ne voulaient pas que nous puissions faire un recours. Ils voulaient faire la justice eux mêmes.

2) la manière

  • Le matin du 14 Octobre alors que nous n’avions pas été avertis, ils nous ont empêché d’aller sur nos bateaux pour les sortir de la zone.
  • Destruction de bateaux en règle et en parfait état  alors qu’il n’y avait aucune raison, les propriétaires ont montré les papiers des bateaux aux gendarmes maritimes de Toulon, …venus en renfort…c’est ridicule, nous n’allions pas faire une bataille navale, c’était juste pour impressionner !

3) la suite des événements :

  • Le nettoyage des fonds
  • le « nettoyage des fonds » pour mettre une ZMEL,  alors que cette ZMEL n’était pas encore régularisée  (recours) et de plus pas prête à être mise en place.
  • Seulement l’Observatoire Océanique de Villefranche avait fait les choses en règle et avait le droit de mettre leurs tuyaux aspiration/refoulement.
  • Nous précisons  que  notre zone de mouillage. n’impacte le tracé des tuyaux que pour 3  ou 4 bateaux.

4) Lorsque nous avons été dégagés comme des voyous, on nous a dit (internet la veille au soir il paraît), que le lendemain les travaux (nettoyage pour les tuyaux /ZMEL) allaient commencer.

OR,

SUITE de la SAGA

  • Des jours après, toujours personne à Rochambeau pour nettoyer les fonds !!

Devant notre incompréhension et notre médiatisation sur tous les médias et réseaux sociaux, bizarrement, une plateforme avec grue est arrivée de Monaco ? Les 4 personnes ont travaillé …  2 demi-journées en tout !! On a vu sortir 2 ou 3 épaves et c’est tout.

Nous leur avons posé la question sur leur mission, ils nous ont répondu qu’ils venaient enlever 350 mètres de chaîne et qu’ils étaient payés …. à la tonne (??!!)

Si nous comprenons bien, le Maire a VENDU nos mouillages pour ne pas payer le nettoyage  alors qu’il avait reçu 150.000€ vers la fin de l’année 2019 pour le nettoyage des fonds de Rochambeau (??)

Cela expliquerait le fait incompréhensible que les gendarmes maritimes avaient l’ordre de ne pas nous laisser monter sur nos bateaux pour les enlever en retirant nos mouillages !

A ce JOUR  29 Octobre

*Plus revu personne sur zone

Les épaves, les chaînes, les débris sont toujours là

A quoi on joue ? Où était l’URGENCE ?

Pourquoi avoir fait ce gâchis ?

Il n’y avait pas assez de ferraille pour les deals?

Toujours le manque de transparence dans les actions de la MAIRIE

IL FAUT QUE LE MAIRE S’EXPLIQUE

Trop d’opacité dans cette affaire, on veut savoir pourquoi on nous a détruit des bateaux et mis d’autres en danger car ils n’ont pas trouvé de places dans les ports.

Bien sûr une plainte va être déposée et l’enquête nous éclairera mais nous aimerions d’ores et déjà que le maire s’explique publiquement sur cette affaire.

Dans tous les cas ce qui nous paraît certain, c’est que le Maire cherchait uniquement à éliminer notre association qui l’empêche de faire ce qu’il veut en dénonçant ses dérives..

TAGS
RELATED POSTS
mattis ut dictum Donec elementum Phasellus